Quelles sont les clés pour réussir un investissement en loi Girardin ?  

Catégories Actualités
les clés pour réussir un investissement en loi Girardin

Il existe tant de propositions d’investissement dans la pierre, via des dispositifs de défiscalisation, sur le marché immobilier, dans le territoire français, actuellement. L’un d’eux, qui séduit plus de contribuables, est celui d’outre-mer, avec la loi Girardin. Mais, pour y profiter, il faut saisir les clés pour réussir un investissement en cette dernière.

 Les clés pour réussir en loi Girardin

Tout d’abord, pour ne pas se planter, il s’agit de bien maîtriser tout ce qui concerne la loi Girardin. En effet, le dispositif Girardin a été créé pour soutenir les départements et collectivités d’Outre-mer. Cela se fait en finançant du matériel industriel neuf, avec le Girardin industriel, de nouveaux logements sociaux, via la loi Girardin sociale, ou en résidence principale neuve, en choisissant la loi Girardin classique. Du coup, il est question de bien choisir, selon certains critères, de quel volet l’investissement doit s’orienter.

Concernant l’investissement Girardin industriel, il permet de financer l’acquisition de machines, ou d’outils qui seront loués à un exploitant local pour une durée minimale de 5 ans. Au terme du bail, l’exploitant récupère le matériel pour un prix modique. L’intérêt de ce dispositif, pour l’investisseur, est un intérêt purement fiscal, puisqu’il ne peut espérer aucune plus-value au terme de l’opération. En effet, son gain consiste en une économie d’impôt qui dépasse le montant de son apport initial. Il est effectif dès l’année qui suit son investissement. Bien souvent, dans cette catégorie, la clé réside dans la bonne organisation et une communication constante entre les différents acteurs concernés. Leur expérience comptera pour beaucoup. En effet, le succès d’un placement en Girardin industriel dépend tout autant dans la bonne gestion des fonds investis, que dans la préservation des matériels et des ressources acquis.

Pour le Girardin social, il donne la possibilité de bénéficier de réductions d’impôts, via l’acquisition de parts de SAS destinées à financer des logements sociaux outre-mer. En effet, ces derniers sont loués à un bailleur social, souvent des sociétés semi-publiques (SEM).

Dans les deux cas précédents, la fiabilité de la société intermédiaire est l’une des clés de la réussite. Ainsi, il faut s’assurer de la fiabilité de la société locataire. Sa base financière, par exemple, doit être solide. En effet, c’est tout le processus de défiscalisation qui en dépend. Une société qui commence à faire faillite, par exemple, ne pourra malheureusement pas porter l’opération jusqu’au bout. Il est ainsi essentiel d’opter pour une entreprise ayant un fonds d’investissements assez élargi.

Quant à la Girardin classique, le contribuable réalise l’acquisition d’un logement neuf, et peut bénéficier d’une réduction d’impôts entre 25 et 50 %. Dans ce cadre, les clés sont le fait d’acheter le bien immobilier au juste prix, privilégier un emplacement de qualité, vérifier l’importance de la demande locative, et sécuriser les loyers.

Le coût de l’investissement

coût de l’investissementPour ce point, pour un investissement Girardin, il n’est pas impératif d’avoir un apport financier. En effet, la clé, c’est de financer l’investissement par un emprunt, afin de bénéficier de tous les avantages liés à la défiscalisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *